Carnet de voyage

Les Palais de Sintra.

5 étapes
1 commentaire
2
Joyaux portugais aux influences mauresques, Sintra, par ses couleurs et sa beauté nous a définitivement conquis.
Octobre 2015
4 jours
Partager ce carnet de voyage
1

C'est par une nuit sombre après un voyage où se succéda l'avion, le métro puis le train que nous sommes arrivés à Sintra, fuyant l'Hiver naissant de la capitale française. Du fait de l'heure tardive, nous ne pouvions distinguer que les remparts du Castellos dos Mouros, surplombant la ville et serpentant sur le flan abrupte d'une crête. Fatigués après notre voyage, nous nous sommes contentés de nous rendre au "Portuguese Hostel", modeste auberge de jeunesse qui n'en reste pas moins très agréable, tant que vous appréciez une décoration insolite faite de papillons en papier journal! Sur les conseils de la réceptionniste, nous sommes allés goûter aux spécialités locales dans une petite guinguette en bas de la rue. On ne pouvait pas demander plus typique: les menus sans images étaient exclusivement en portugais, pas un seul touriste dans la salle, l'anglais ne nous était d'aucun secours, que de bons présages ! Effectivement, bien que simple, notre repas était délicieux et des plus copieux. Pour une modeste somme de 14 euros à deux, on a pu assouvir notre faim (et notre soif, avec une carafe de vin à 2 euros ! ). Si nous n'avions pu voir le Portugal avec nos yeux, nous le découvrions avec nos papilles !

2

Le soleil se levant, nous avalions avec empressement un petit déjeuner frugal pour partir à la découverte de Sintra et de ses palais. Nous avons toujours eu pour objectifs, lors de nos voyages, de nous éloigner le plus possible de ce qui ressemble à du tourisme dit de "masse". Bien que Sintra ne soit pas une destination véritablement encombrée par les touristes, on y retrouve les aspects de ce tourisme que nous tachons d'éviter, notamment par les sight-seeing tours, ces bus hors de prix, faisant le tour plus rapidement que jamais, de tout ce que le coin avait à proposer, sans même laisser à ses passagers le temps de flâner à leur guise.

Nous avions vite décidé de ne pas user de ces bus, comme le préconisaient les guides touristiques que nous avions pu consulter et de tracer notre itinéraire à pied, alliant à la perfection nos faibles budgets d'étudiants et notre amour de la marche. Si l'on se laisse le temps (comptez deux-trois jours), Sintra peut aisément se faire à pied, le voyage n'en ai que plus beau (comme nous le montrerons par la suite).

La première chose que nous vîmes fut Sintra elle même, mignonne bourgade aux murs colorés, coincée entre la montagne et la vallée, mais la première chose qui nous frappa fut la luxuriante végétation qui régnait partout, de quoi ravir tous les amateurs de nature. Quant à notre première visite, ce fut le Palàcio Nacional de Sintra, immense bâtisse du XV siècle, surplombée par deux énormes cheminées et ancienne demeure des rois Portugais au moment de la reconquête Chrétienne. Si le bâtiment est imposant par la taille et par son contenu ainsi que son passé, il ne nous laissa pas un souvenir particulièrement fort, contrairement aux autres palais portugais qui seront vu plus tard.

L'après midi nous réserva une bien meilleure surprise, nous nous rendîmes à la Quinta da regaleira, somptueux palais au parc immense. Classée au patrimoine mondial de l'Unesco, le palais de la Regaleira surprend tant par son architecture que par la richesse de son parc. C'est surtout ce dernier qui nous marqua, fait d'un dédale de de petits chemins menants à des endroits plus insolites les uns que les autres. Si vous avez le temps, il est recommandé de vous y perdre et de flâner dans la végétation exotique et luxuriante qui le compose. De grottes étroites à de jolies cascades, la balade vaut le détour. Mais si l'on doit retenir un lieu en particulier du parc, il s'agit bien du puit initiatique, lieu étrange autant par son architecture que par sa fonction, sensé conduire "l'initié" des ténèbres à la lumière. Ce lieu fût un véritable coup de coeur pour nous!

Les mystères de Quinta...
3

Le lendemain, toujours dans l'idée d'optimiser notre budget et de profiter l'abondante végétation de Sintra, nous sommes allés à pied au Castello dos Mouros, perché sur une crête abrupte et surplombant la ville. Pour se faire, il faut prendre un chemin qui commence dans Sintra même nommé Rampa da Pena (du nom du second château qu'il dessert), l'ascension est assez sportive et il faut compter une heure pour atteindre le sommet. Toutefois, le parcours vaut le détour, ne serait ce que par la richesse de la végétation et la multitude des odeurs. Le château des Maures, comme le voulait sa vocation première, à savoir, permettre de surveiller la région entre Sintra et Cascais, offre un panorama splendide, surplombant la plaine et donnant vu sur l'océan Atlantique s'étendant au large.

Le chemin de ronde du Castello dos Mouros

Quittant la fortification maure, nous avons emprunté la suite de la Rampa pour nous rendre dans ce qui doit être le lieu le plus emblématique de Sintra, le Palacio de la Pena. Edifié au XIX siècle sous les ordres du régent portugais à partir des ruines d'un monastère, le palais de la Pena est un mélange de style architecturaux sans pareils, où se rencontrent allègrement les couleurs les plus vives.

Les incroyables couleurs du Palacio de la Pena

Malheureusement, le beau temps n'était pas au rendez vous et une brume fantomatique nimbait le palais ce qui à défaut de faire ressortir les couleurs de la bâtisse, l'enveloppait dans une atmosphère mystérieuse. Autre petit point noir, la méteo maussade n'a pas découragé les hordes de touristes et la visite du palais même s'est révélée périlleuse (nous cheminions à la queue leu leu pour passer d'une pièce à une autre dans le somptueux intérieur).

Tout comme les autres palais de Sintra, la Pena possède un parc immense qui ravira les amateurs de ballades pédestres, nous même nous n'avons pas pu le parcourir en une après midi. Celui-ci est composé d'un dédale de plantes exotiques et de constructions pour le moins... atypiques!

Le parc de la Pena

La redescente fut tout aussi sportive que la montée, surtout après une journée passée à crapahuter. Cependant, il ne faut oublier qu'après l'effort, le réconfort ! Ainsi, nous nous sommes accordés une petite douceur en fin de journée : les délicieuses queijadas, spécialités de Sintra, pâtisseries aussi bonnes que grasses.

Pâtisseries locales
4

Nous avons entamé notre dernière journée complète à Sintra en décidant de nous rendre au Palais de Monserrate à pied. Bien que le dénivelé n'ait pas été aussi important que pour le Castello dos Mouros, il faut une bonne paire de jambe, le palace étant assez éloigné du centre ville. Au bout d'une petite route serpentant entre de somptueuses villas, nous sommes arrivés au Palais, magnifique demeure d'un lord anglais ou se conjuguent parfaitement les influences arabes et indiennes prisées par son propriétaire. Pour ne pas déroger à la règle, le palais de Monserrate est lui aussi doté d'un immense parc dépaysant par l'exotisme des plantes qui s'y trouvent, importées des quatre coins du globe.

L'extérieur du palais

L'intérieur témoigne tout autant que l'architecture extérieure des différentes influences artistiques. Les plafonds incroyablement travaillés s'étendaient au dessus de nos têtes tels qu'un voile en dentelle.

L'intérieur du palais

Initialement, après Monserrate, nous avions prévu de visiter le couvent des Capuchos. Malheureusement, ce dernier n'est accessible uniquement en voiture ou via le sight-seeing tour (nous avions acheté un pass pour différents monuments de Sintra, mais l'office de tourisme s'est gardée de nous indiquer les détails d'accès à certains monuments et de nous prévenir du monopole exercé par les bus touristiques). Contraints de changer notre programme, nous avons pris un bus à destination de Cabo da Roca, la pointe la plus à l'ouest du continent européen.

Après la traditionnelle photo de la pointe, nous sommes allés en balade le long des falaises adjacentes. Nous trouvions dommage de se contenter d'une simple photo et de repartir immédiatement. Nous avons donc trouvé un petit chemin de randonnée qui serpente le long des falaises, se perdant loin de l'attraction touristique. Notre petite marche, sous le vent iodé et dans les falaises portugaises a été des plus agréables, la lumière du jour déclinant nous a offert un cadre propice pour de très belles photos et pour un moment de relaxation profond au gré du son des vagues s'écrasant contre les façades de pierre de la côte.

Cabo da Roca
5

C'est avec une certaine tristesse que le matin nous nous sommes levés, alors même que notre voyage continuait autre part au Portugal. Sintra aura été un véritable coup de coeur pour nous, que ça soit pour sa tranquillité, son micro-climat imprévisible, la diversité des parcs, les couleurs chatoyantes qui y règnent, l'amabilité de ses habitants, son côté préservé d'un tourisme trop envahissant alors même que la capitale est à proximité. Nous faisions un dernier au revoir à la ville par le vélux de notre modeste chambre d'auberge, trainant les pieds jusqu'à la gare pour sauter dans notre train à destination de Lisbonne ...